Vous reprendrez bien un p’tit verre ?

Eric, mécanicien du magasin, est actuellement en formation “hydraulique” pour parfaire ses connaissances en matière d’entretien des fourches, freins à disques et autres systèmes complexes de nos chers VTT !

Un dernier pour la route ???

Un dernier pour la route ???

Bouticycle Roanne/Mably = votre Clinic’ Vélo !

Clinic' Vélo

Clinic’ Vélo

Advertisements
Aside | Posted on by | Tagged , , , , , , | Leave a comment

Le plein de Fuel !

Dès les premiers tours de roues, le ton est donné ! Un top-tube relativement court, un boitier de pédalier relevé et un poids proche des 13 kg (en 19.5 avec pédales) rappellent que le vélo n’est pas destiné à aller taquiner le chrono face à des poids-plumes semi-rigides. En revanche, on se sent tout de suite à l’aise sur ce FUEL EX 9, prêt à entamer des longues sorties avec un plaisirs sans borne.

TREK_FUEL_EX9

Ok, au premier abord, le cintre de 740 mm légèrement relevé couplé à une potence très courte surprennent !
Toutefois, sur le terrain, l’ensemble offre un poste de pilotage très confortable et agréable en ouvrant la cage thoracique, mais surtout donne au Fuel une précision redoutable !

Fonctionnement :

Sans aucun doute, le vélo a fait l’objet de quelques réflexions par les gars du Wisconsin. Le travail réalisé sur le fonctionnement des suspensions avec un couple : CTD (les trois positions de la fourche et de l’amortisseur : Climb = système fermé, Trail  = système semi-ouvert et Descent = système ouvert) et DRCV (système de double chambre à air propre à TREK) donne toute sa valeur au vélo. Les molettes de commande sont relativement faciles d’accès, un système au guidon parachèverait le tout… mais il ne faut pas trop en demander non plus !!!

Sur terrain roulant, on préférera la position « Climb » qui verrouille les circuits hydrauliques et évite ainsi les effets de pompages. Mais dès que le terrain montre des aspérités, il convient de passer en mode « Trail » (semi-ouvert) pour garantir un maximum de motricité en suivant les mouvements de terrain.

En descente, ne vous posez pas trop de question… ouvrez tout et positionnez les deux molettes sur « Descent », le vélo se charge de tout. Les deux amortisseurs avant et arrière, jouent de concert dans une onctuosité telle qu’ils mettent le pilote en totale confiance.

Dans les airs le vélo est très stable du fait d’un équilibre bien pensé entre l’avant et l’arrière. les amortisseurs ne renvoient pas trop d’un coté ou de l’autre. Les réceptions se font sans sourciller avec une impressions d’avoir un peu plus que les 130mm donnés par le FUEL.

Petit plus :
la tige de selle Reverb de chez Rock-Shox équipe d’origine le FUEL EX 9 ! Rassurant autant que pratique en descente 😉

Transmission :

La petite surprise de ce test ! Le groupe XT est apparu plus franc que les millésimes précédents. Difficile à dire s’il s’agit d’un réel changement de positionnement de la marque Nippone (un rapprochement avec l’américain SRAM à la mécanique plus franche ???) ou simplement de gâchettes neuves. Toujours est-il que je n’ai pas utilisé le dispositif « Plus » présent sur le dérailleur arrière.

Le pédalier XT est rigide, encore plus avec le boitier de pédalier au standard BB95 propre à TREK.

Les freins sont parfaits :

  • Réglage de la garde facile via la molette sur le levier,
  • Touché inchangé sur la totalité du parcours,
  • Attaque franche et mordante,
  • Et que dire de l’esthétique très réussie ! …mais ok, c’est personnel 😉

Train roulant :

Le très bon point des Bontrager Rythm reste leur évolutivité. Elles sont facilement transformables en Tubeless via l’ajout de « Flaps » (Bontrager eux aussi) pour une somme très raisonnable qui plus est !

Les roues sont dans le segment : ni trop rigides, ni trop molles, à l’aise partout ! Le cercle « large » offre une bonne assise au pneu et lui permet de travailler correctement en descente et dans le cassant.  Attention toutefois aux pneus XR3 à l’accroche perfectible sur sol très gras. En revanche, sur terrain sec, rocailleux ou sableux… pas de souci, ils assurent !

Conclusion :

Trek Fuel EX 9 dans son environnement naturel

Trek Fuel EX 9 dans son environnement naturel

Ce FUEL EX 9 est parfaitement dans son positionnement : All-Mountain !

Confortable, il se joue de toutes les situations. Ce n’est pas le spécialiste d’une discipline mais sa polyvalence fait de ce FUEL un vélo parfait pour qui cherche qu’un seul vélo pour tout faire !

Aside | Posted on by | Tagged , , , , | Leave a comment

Le beurre, et l’argent du beurre… manque plus que la crémière !

Après le test du GTR Pro Carbon, je me suis trouvé face à face avec le TREK DOMANE 5.2 pour une rando sympa (12/15°C fin décembre) et une question de taille : S’il est confortable d’après la marque du Wisconsin, offre-t-il un bon rendement ? Comment grimpe-t-il ?

Non, ce test n'était pas un calvaire ! 20121230_105004 Parlons déjà du vélo en statique :

  • Cadre Carbon OCLV 500 series, boitier de pédalier BB90 et géométrie « endurance » (douille de direction plus haute, top-tube plus court…)
  • Fourche IsoSpeed Carbon E2 – tapered 1-1/8’’ / 1,5’’,
  • Roues Bontrager Race (Tubeless Ready), équipées de pneus R3 de 700x25c
  • Groupe complet Shimano Ultegra, pédalier triple : 52/39/30 (pour un vélo de test, c’est plus sûr) et cassette 105 en 11-28,
  • Cintre Bontrager Race Lite IsoZone et Guidoline Bontrager Gel Cork,
  • Le tout pour un poids de 8,1kg en taille 56 avec des pédales look kéo 2 max (blanches… mais ça, ça ne change rien au poids) et un porte bidon « classique »,

Cotés réglages :

Il est à noter que nous ne sommes pas face à un pur coursier. De fait, la position (voir géométrie du cadre ci-dessus) change par rapport à un vélo plus dynamique. Et en conséquence, je me suis permis quelques retouches sur les réglages « classiques » afin de mettre le vélo en position plus sportive que ce pourquoi il est destiné. Cela a notamment conduit à passer l’ensemble des bagues de direction au-dessus de la potence pour avoir un rapport hauteur de selle/cintre négatif d’environ 7 à 8 cm. J’ai ensuite reporté l’ensemble des côtes de l’étude posturale BikeFitting pour un réglage optimum. Ces réglages effectués je me trouve sur une position proche de mon « ancien » Six Carbon (légèrement plus allongée que sur le GTR Pro Carbon) j’aurai donc d’autant plus de facilité pour apprécier les différences de comportement entre les deux vélos.

Et sur la route alors ?

Le choix du parcours n’a pas été simple, puisque j’ai choisi délibérément tous les passages « cassants » (zones pavées, goudrons approximatifs…) pour tester le caractère filtrant de la fourche et la tige de selle. Il en résulte une sorte de « zig-zag » improbable autour de la maison, mais qui offre l’avantage d’une succession de bosses et plats qui permettent de mettre le vélo dans toutes les situations vécues par chacun d’entre nous. Dès les premiers tours de roues, le vélo est agréable et montre un coté très « facile à emmener ». Le cintre offre une surface d’appui très large et rassure sur le caractère confortable de la bête. Le circuit enchaîne rapidement par une légère descente de 3km. Le pilotage se fait sans difficulté, le vélo est stable en courbe, rassurant il ne « chavire » pas dès le premier genou écarté et ne « flotte » pas en ligne droite. Les descentes suivantes confirmeront cette impression. Arrivent ensuite les pavés, les mauvais goudrons et autres zones normalement évitées comme la « peste cycliste » ! Sur les zones pavées je reste stupéfait par le travail de la tige de selle IsoSpeed. Elle travaille à merveille et filtre toutes les vibrations, plus ou moins importantes, pour ne laisser que le plaisir de rouler. L’avant est un peu plus chahuté mais gère beaucoup mieux que sur un vélo « classique » ce genre d’exercice. Lors de passages sur les goudrons « granuleux », qui vibrent de manière importante, ou des zones ou les bitumes rapiécés se succèdent, qui secouent le cycliste, le travail de la fourche et de la tige de selle IsoSpeed se fait parfaitement. Sans être sur un coussin d’air (n’abusons pas non plus), le vélo ne secoue pas le pilote qui reste disponible pour attaquer les portions plus physiques ou répondre aux attaques du peloton.

Sur les portions planes (il n’y as pas de raison de rouler que sur de la tôle ondulée), le vélo montre son caractère dynamique. Sans être vif comme le Madone, le Domane offre une rigidité de la boite de pédalier impressionnante et permet au vélo de répondre sans broncher aux coups de pédales francs et puissants. Les haubans restent quant à mon sentiment, la vraie surprise de ce test. Ils ne bronches pas ! De fait, si la tige de selle amorti vos fessiers dans un confort pullman, les appuis et autres relances ne se perdent pas dans un cadre « mou » ou « flexible ». La rigidité du triangle arrière est réelle et permet de « poser » des accélérations ou de monter au train sans problème. Reste que les pneus de 25c, s’ils apportent un confort complémentaire au cadre, sont moins agressifs que des pneus de plus petite section. Question de préférence !

En cote, outre le développement avantageux offert par le triple plateau (je rassure mes amis, je n’ai pas passé le 30, je vous le promets), le vélo grimpe relativement bien. Certes, ce n’est pas le vélo des grands chronos et des danseuses cadencées, mais il sait, si vous aimez monter au train, gravir les bosses à un rythme soutenu. Moi qui suis plutôt un grimpeur assis, j’ai apprécié cette impression d’être « sur des rails ».

En conclusion, pour quel(s) cycliste(s) ?

Si vous préférez les vélos au caractère tranché, si vous recherchez la performance absolue (parfois au détriment du confort minimum), il est probable que ce vélo ne vous convienne pas. En revanche, si vous souhaitez un vélo polyvalent, qui puisse vous emmener partout, tout en étant efficace et vous garder « frais » pour les prochaines étapes, ce vélo vous satisfera pleinement ! Et si vous avez un doute… nous vous rappelons que le vélo est en test au magasin. Alors vous réservez quand ?

Aside | Posted on by | Tagged , , , , | Leave a comment

Les vélos tests sont en magasin !

Parce que nous savons que l’achat d’un vélo nécessite réflexion ! Parce qu’un essai vaut mieux qu’un long discours !

Votre Bouticycle Roanne/Mably vous propose de tester* les vélos pour guider votre choix.

Les vélos en test au magasin

 

D’ores et déjà, venez prendre le guidon d’un TREK Domane 5.2, le confort et la puissance à la fois, ou d’un GTR Carbon Pro le dynamisme et le rendement à l’état pur !

Et très prochainement, retrouverez le fuel EX9 et le BMC TeamElite… à suivre donc.

 

Renseignements et réservations : 04-77-78-51-84, 42mably@bouticycle.com ou mieux encore, passez nous voir au magasin !

 

* Conditions = Durée : 48h. Coût : 50€, remboursés lors de l’achat de votre vélo. Caution : chèque de la valeur du vélo.

Posted in Uncategorized | Leave a comment

GTR Carbon Pro : Premières impressions !

Après de longues semaines privées de guidon, me voici face à ce GTR Carbon Pro en ce dimanche matin de décembre, sous un soleil et des températures plus qu’agréables !

GTR Pro Carbon GTR Pro Carbon

Faisons un rapide tour du propriétaire :

  • Cadre carbon monocoque, haut module et douille de direction conique
  • Boitier de pédalier BB30 et pédalier FSA SL-K compact,
  • Groupe Shinano Ultégra,
  • Roues Shimano RS30,
  • Tige de selle GT Carbon et selle FIzi’k Arione
  • Accesoires Ritchey,

Dès les premiers tours de roues deux sentiments se dégagent :

  • La nervosité du cadre : Les cadres GT restent caractérisés par la dimension du triangle arrière. S’il n’est pas exactement sous le format « triple triangle » (identitaire à la marque américaine), nous retrouvons sur le cadre du GTR des haubans bas et un cadre slopping qui donne, au-delà d’une esthétique racée, un vrai comportement dynamique au vélo !
    Son terrain de jeu : les côtes et les relances !
  • Le rendement des roues : C’était une première de rouler sur des roues Shimano en route. Au-delà d’un profil de 30mm qui apporte une inertie favorable dès une certaine vitesse acquise, ce qui frappe c’est la fluidité des roulements et la rigidité frontale et latérale des R530. Certes, ce ne sont pas les championnes du poids, mais pour un tel budget elles tirent plutôt bien leur épingle du jeu.
    Leur terrain de jeu : les portions planes, elles s’emmènent au train !

A priori, les étriers de freins apparaissaient, à l’œil, « mous » et manquant de mordant, toutefois, une fois passée la période de rodage des patins, il n’en est rien ! Le mordant est bien au rendez-vous et la rigidité quant à elle, et bien qu’elle ne soit pas celle des étriers Ultégra, est loin d’être mauvaise.

Je ne reviendrai pas sur la transmission Ultégra, fluide et efficace, bien accompagnée par le pédalier FSA SL-K à la rigidité appréciable (le boitier de pédalier à la norme BB-30 n’y est pas non plus étranger).

En synthèse : GTR Carbon Pro est un vélo « sanguin » !

GT propose un vélo plutôt homogène avec un couple « cadre/roues » qui se complète assez avantageusement ! Difficile en effet de proposer un vélo nerveux, facile à emmener dans les bosses et placé dans le roulant.

Le cadre offre une nervosité indéniable, les relances sont franches et les raidillons s’emmènent au rythme. Le GTR Carbon Pro se bouscule et reste un vélo pour « rouleurs sanguins », prêts à gicler des pelotons ou partir en danseuse à la moindre élévation de terrain.

Les prochaines sorties viendront compléter ce test… On repart quand ?

Posted in Tests, Uncategorized | Tagged , , , , , | 1 Comment